montgolfière

Le jour où j’ai dormi sur un banc.

_DSC5788 copieLa Malaisie, c’est probablement le pays d’Asie que j’ai préféré parmi ceux que j’ai eu la chance de pouvoir visiter. Tout d’abord parce qu’elle se montre moins envahie par les hordes de touristes que l’on rencontre en Thaïlande d’une part, et d’autre part parce qu’elle paraît aussi beaucoup moins polluée que sa voisine Balinaise, entre autres… C’est une destination qui semble garder sa dose de mystère et d’authenticité et où la nature est prédominante – en tout cas sur sa péninsule. En effet, ce qu’il adviendra à l’avenir de l’île jadis luxuriante de Bornéo et de la conservation des orangs-outangs inquiète forcément, mais j’aurai l’occasion d’y revenir lors d’une prochaine aventure sur place. Pour le moment, je viens d’entrer dans le pays par sa frontière nord où je saute immédiatement dans le célèbre «train de la jungle»* (un surnom qui n’est bien sûr pas sans rappeler notre ami Indiana Jones!). J’emprunte ensuite un bateau au parcours rocambolesque, afin de rejoindre le Parc Naturel du Taman Negara. Ca sent franchement l’aventure! Perdue au milieu d’une forêt massive, j’ai envie de jouer à Jane en sautant de liane en liane pour retrouver Tarzan, sans succès… Alors je marche des heures sur des sentiers balisés à travers les arbres, tous plus impressionnants que les autres. J’emprunte et je me perds sur des ponts de corde suspendus au milieu de la canopée illuminée. J’écoute, renifle, admire, à perte de vue… Un lieu, loin de tout, que je découvre avec fascination et que je suis heureuse de ne pas avoir raté.

les rayons viennent réchauffer les feuilles en offrant des contrastes époustouflants.

Depuis le Parc, un détour obligatoire pour les splendides champs de thé des Cameron Highlands s’impose ensuite. L’accès y est, cette fois, beaucoup plus simple. Cependant, je me souviendrai toujours de mon arrivée, de nuit, où je découvre littéralement émerveillée les très nombreuses serres éclairées de petites lumières jaunâtres. J’ai l’impression de contempler des milliers de lucioles à flanc de colline depuis le taxi qui m’amène à l’hôtel. Je tombe déjà sous le charme! Le lendemain, c’est sous une pluie diluvienne que je pars explorer les plantations. Mais lorsqu’enfin le soleil se décide à percer les nuages, les rayons viennent réchauffer les feuilles en offrant des contrastes époustouflants. Un lieu hors du temps qui vous transporte par tant d’harmonie. J’ai le coeur gonflé d’émotion, en déambulant dans la terre fraîche des vallons. Il me faut en profiter avant de rejoindre Kuala Lumpur: la civilisation et le béton… Mais la capitale me laisse indifférente et je réfléchis rapidement à ma prochaine destination, hésitant entre les deux côtes, réputées, du pays. Je choisis de commencer par Cherating, à l’Est, et embarque dans un premier bus de nuit en direction de la plage: un changement radical de décor très exaltant!

Planté entre la mer de Chine et plus de quatre-vingt hectares de forêt primaire, (…) l’établissement a choisi d’être le plus écologique et respectueux possible.

Là-bas, je rencontre Ari, urbaniste, et Florian, jeune diplômé en développement durable, qui bossent au Club Med local. Tous deux aussi décontractés que motivés, ils me font faire le tour des installations. Planté entre la mer de Chine et plus de quatre-vingt hectares de forêt primaire, c’est tout naturellement que l’établissement a choisi d’être le plus écologique et respectueux possible. Magnifique structure sur pilotis datant de 1975, elle a longtemps été la plus longue du monde jamais construite. Aujourd’hui, elle est devenue le premier village éco-nature by Club Med et possède même le niveau Gold du Label Green Globe* ainsi que l’accréditation Earth Check*. Doté de panneaux solaires, l’hôtel utilise un système de co-génération* pour sa clim. Vu la chaleur moite constante, elle est vraiment la bienvenue! La navette entre l’hôtel et la plage circule également au biofuel, le papier utilisé est issu de forêts éco gérées, les produits ménagers utilisés sont biodégradables et le personnel est habillé avec bambou ou coton équitable. Ici, on récupère aussi l’eau de pluie pour l’arrosage et on recycle un maximum de déchets. Le Club interdit même l’accès à la plage à ses usagers après 19h00 pendant la période de ponte des tortues de mer. Une démarche que l’on ne peut qu’encourager au vu des dégâts causés un peu partout par le tourisme intensif, et qui trace la voie pour le groupe qui veut devenir exemplaire en matière d’environnement.

_DSC5622 copie

Je m’assois pour réfléchir à ma situation puis m’assoupis sans trop m’en rendre compte sous mon lampadaire…

Après un séjour enchanteur dans la jungle tropicale et sauvage, au milieu des macaques et des gibbons, je décide de me remettre en route pour la côte méridionale de la Malaisie. Le trajet depuis Cherating s’effectue plus rapidement que prévu et me voilà bientôt arrivée à Malacca, le plus ancien port malais (fondé vers 1400) très tôt le matin. Il fait encore nuit. Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas rencontré d’autres voyageurs dans le bus et je me retrouve seule à déambuler dans les rues de la ville. Qu’à cela ne tienne, je connais l’adresse de mon auberge de jeunesse et décide de m’y rendre au plus vite pour y finir ma nuit. Je la trouve sans encombre mais personne ne répond lorsque je frappe à la porte. Les volets sont fermés, les lumières éteintes et personne ne répond non plus à mes appels. Il n’y a pas âme qui vive et je me retrouve confrontée à un retour à la réalité plus que compliqué! Je pourrais attendre là, sur le seuil de la porte, mais le quartier de Chinatown ne me dit rien qui vaille. Je décide alors de repartir vers cette petite place bien éclairée où j’avais repéré un banc. Je m’assois pour réfléchir à ma situation puis m’assoupis sans trop m’en rendre compte sous mon lampadaire… Je dors ainsi trois heures, peut-être même quatre sans jamais être dérangée. Et sans que mes nombreux bagages ne soient touchés.

_DSC5758 copie

La Malaisie est comme ça: généreuse et surprenante. En somme, c’est pour moi l’histoire d’un vrai pays coup de coeur.

Au lever du soleil, j’entends la ville qui se réveille doucement et rejoins enfin mon hostel toute groguie. Je dors encore la moitié du jour mais cette fois dans un lit! A mon réveil, je prends conscience de la beauté de l’endroit, superbe, et je remercie l’univers d’avoir mis sur ma route ce banc, sans lequel j’aurais certainement passé mon chemin. Je découvre une cité historique au passé portugais certes, mais aussi hollandais et britannique.  Le long de la rivière et depuis le bateau local, j’ai la chance de découvrir les façades artistiques posées sur les quais, quelles pépites! La Malaisie est comme ça: généreuse et surprenante. En somme, c’est pour moi l’histoire d’un vrai pays coup de coeur. Une destination où chaque endroit semble valoir la peine d’être vu, chaque sourire la peine d’être reçu et chaque habitant la peine d’être connu. Je n’oublie pas non plus leur gastronomie qui m’a tant plue, et je me surprends souvent à rêver d’y retourner au plus vite pour toujours plus d’explorations inattendues!

***

*Train de la Jungle = depuis Tumpat, près de Kota Bahru. Il traverse des paysages incroyables au gré de haltes dans des hameaux isolés. Paysans, écoliers et touristes partagent une même admiration pour le passage du train qui pénètre au coeur de la forêt vierge (source Michelin).

*Label Green Globe = programme international de notation et certification du développement durable appliqué au Tourisme international (Certified, Gold et Platinum) https://greenglobe.com

*Earth Check = système de Benchmarking environnemental (analyse comparative) et de certification dédié au secteur touristique, qui s’adresse à tous les acteurs et en particulier au secteur hôtelier. Cette démarche permet à tous ceux qui le souhaitent, de valoriser leur démarche de développement durable. https://earthcheck.org

*Co-génération = production simultanée de deux formes d’énergie différentes dans la même centrale. Le cas le plus fréquent est la production d’électricité de chaleur utile, la chaleur étant issue de la production électrique (source Wikipedia).

_DSC5790 copie

CONSEILS PRATIQUES

Pour vivre des sensations inoubliables à bord du train de la jungle, rendez-vous ici: http://intranet.ktmb.com.my/ktmb_ui/. Mieux vaut acheter son billet sur place, directement à la gare, les trains sont rarement pleins. Environ 6€ l’aller par personne et 8 heures de trajet.

Pour rejoindre les Cameron Highlands, j’ai dû terminer le voyage en taxi. Prix négocié autour de 200 ringgits pour deux heures de trajet de nuit depuis la gare de Kuala Lipis. Pour info, 1€ = 4,84 ringgits Malais.

Vous trouverez facilement des bus longues distances abordables et sûrs, surtout depuis les villes principales. Comptez environ 800 kilomètres du nord au sud et 400 kilomètres maximum d’est ou en ouest, les trajets se font donc rapidement et tout le pays est desservi.

OU DORMIR

Au Taman Negara et aux Cameron Highlands, pas de problème: vous aurez l’embarras du choix! Vous serez d’ailleurs fréquemment sollicités dès votre arrivée sur place. Pas besoin de réserver à l’avance mais ne vous attendez pas à des hôtels de haut standing. 

Si vous voulez séjourner au Club Med Cherating, voici la page dédiée de leur site: https://www.clubmed.fr/r/Cherating-Beach/y – comptez entre 750 et 1150€ par personne pour une semaine, sans transport.

A Malacca, j’ai séjourné ici: Voyage Guest House, qui possède un immense dortoir, très chaud mais équipé de moustiquaires, ainsi qu’un restaurant quelques rues plus loin. Pas cher, propre, avec quelques chambres individuelles, à partir de 13usd par nuit. Check in entre 9h et 23h 🙂

carte malaisie